« To the Blog

Interview de Mélodie Rey : de PotaGR à la Silicon Valley ! // Interview of Mélodie Rey : from PotaGR to the Silicon Valley !

English below

Mélodie Rey est étudiante en 2ème année dans la section Sciences et Ingénierie de l’Environnement. Depuis son arrivée sur le campus de l’EPFL, elle s’est engagée avec conviction et enthousiasme pour le développement de projets en lien avec l’agriculture urbaine sur le campus. En quelques mois seulement, ces projets l’ont menée des bacs potagers au pied du bâtiment GR jusqu’à la Silicon Valley !

Quel a été votre parcours ?
Après avoir obtenu un Bac Scientifique en France, j’ai passé une année à l’Université pour étudier la biologie et les géosciences. J’aimais beaucoup l’ambiance de la fac mais j’avais l’impression de passer toutes mes journées à étudier les problèmes de notre planète. Après un an de cours, j’ai ressenti le besoin de me tourner vers l’ingénierie car je voulais faire partie de ceux qui apportent des solutions ! Un ami m’a parlé de l’EPFL et j’ai tout de suite voulu rejoindre la section SIE !
A peine arrivée sur le campus, j’ai participé au lancement du projet PotaGR via lʼassociation TREE, la Table Ronde des Etudiants en Environnement. L’objectif de ce projet était de créer des bacs potagers entretenus par et pour les étudiants, afin de leur permettre de renouer un lien avec la nature sur le campus.
Puis l’été passé, Thomas Verduyn, étudiant en HEC, m’a contactée pour son projet de startup Légumes perchés, une initiative visant à ramener la nature en ville et à faire des jardins sur tous les toits. Le concept m’a tout de suite beaucoup plu ! Pendant les vacances nous avons beaucoup travaillé sur la vision de ce nouveau projet. Nous nous sommes fixés comme but : promouvoir l’agriculture urbaine et ses nouvelles techniques : hors-sol, permaculture, aquaponie, automatisation… tout en produisant des fruits et légumes savoureux et biologiques ! Notre projet a été sélectionné par l’Accélérateur de projets entreprenariaux Unil-HEC. Nous avons ainsi bénéficié de six mois de coaching avec Nadine Reichenthal et d’autres mentors, ce qui m’a permis d’apprendre beaucoup sur le monde de l’entreprenariat.
En automne, j’ai postulé pour la première fois à un concours : le LandoltChallenge2017, lancé par la banque Landolt&Cie - premier sponsor de l’équipe suisse du Solar Decathlon. Il s’agissait de proposer un projet sur le thème « comment investir en Suisse pour un avenir durable ». Nous avons remporté le premier prix et l’immense opportunité d’accompagner toute l’équipe du Solar Decathlon à Denver et vivre avec eux la victoire suisse !
Légumes Perchés a également gagné le Urban Creathon organisé par l’association Oïkos en novembre dernier, en proposant une idée de « campus comestible » soit la possibilité d’être accueillis pendant six mois dans l’Impact Hub de Lausanne.
Au début de l’année, nous avons créé l’association Légumes Perchés et une quinzaine d’étudiants nous ont rejoints depuis janvier. Ces derniers mois, nous avons réalisé un jardin potager avec les enfants de l’école de Préverenges pour les sensibiliser à la production locale et savoureuse, nous avons testé le robot farmbot dans les serres de l’UNIL, et nous avons participé à la réalisation du premier jardin potager étudiant de l’EPFL à Bassenges avec l’association TREE et les membres du Centre de l’Energie. Parmi nos projets en cours de développement, il y a aussi la mise en place d’un conteneur aquaponique sur le campus de l’UNIL grâce au financement du concours U-Change, et la recherche dans le domaine de l’agriculture sur toit, bien perchée !
Ces différents projets nous apprennent énormément et permettent de créer de nombreux contacts. J’ai appris à passer de l’idée au concret et je suis fière d’avoir une équipe ouverte d’esprit avec qui je peux à la fois étudier un robot et me passionner devant une tomate !
Et enfin, dernièrement, j’ai été sélectionnée pour participer à la fin août au BCV Silicon Valley Startup Camp avec 10 autres étudiants pour découvrir les lancements de projets à l’américaine, j’ai hâte de découvrir encore un nouveau monde !
Ouf, beaucoup de choses se sont passées en à peine quelques mois !

L’expérience, le projet dont vous êtes la plus fière ?
Sûrement le projet le plus récent, notre participation à l’émission "Aujourd’hui" de la RTS consacrée à l’agriculture (diffusion le 7 juillet 2018). J’en suis très fière car on a pu présenter à la Suisse Romande certains projets de Légumes Perchés, notamment les jardins de Préverenges et le robot. Nous avons eu la chance avec Thomas  de participer en tant que « newbie », c’est à dire que nous partions avec Marc Muller et Jonas Schneiter à la rencontre d’autres porteurs de projets dans ce domaine. Les rencontres et les tournages ont été très enrichissants. Cela nous a permis de faire encore des contacts importants pour la suite.

Que retenez-vous de votre participation à Act for Change ?
On avait une super équipe ! On est même arrivé 2ème du Challenge ! Pour moi, ça n’a cependant pas changé beaucoup ma manière de consommer ou de me déplacer car je faisais déjà l’essentiel des actions proposées. Je trouve aussi qu’il ne faut pas se limiter à de petites actions. Je préfère m’engager pour des actions qui ont un impact plus important, comme les placements de ma banque par exemple.
Concernant Act for Change, je regrette que ça se passe beaucoup sur le téléphone : l’entrée des actions, etc.

Votre prochain défi pour un mode de vie plus durable ?
J’aimerais agir à grande échelle, comme rendre une ville entièrement auto-suffisante en nourriture, et faire rêver sur un petit espace pour que ça se multiplie à grande échelle. J’aimerais aussi déconstruire la connotation négative associée à l’écologie dans la tête des gens, afin qu’elle soit plus fun et que ce soit une évidence de consommer durablement, plutôt qu’une corvée !

Votre rêve le plus fou pour un campus plus durable ?
J’aimerais que le campus soit complètement transparent sur sa consommation en énergie et qu’il existe un outil qui calcule les émissions de gaz à effet de serre que chacun produit afin de savoir quel choix est le mieux pour consommer moins.
J’aime beaucoup l’objectif que l’EPFL s’est fixé pour un campus carboneutre d’ici 2020. J’ai hâte de voir les effets sur notre vie d’étudiants car c’est un beau défi !

*****

Mélodie Rey is a 2nd year student in the section Environmental Sciences and Engineering. Since her arrival on the EPFL campus, she has been committed with conviction and enthusiasm to the development of projects related to urban agriculture on campus. In just a few months, these projects have taken her from the vegetable gardens in front of the GR building to the Silicon Valley!

What was your background?
After obtaining a scientific degree in France, I spent a year at the University to study biology and geosciences. I really liked the atmosphere of the university, but I had the impression to spend all my days studying the problems of our planet. After one year of classes, I felt the need to turn to engineering because I wanted to be part of those who bring solutions! A friend told me about EPFL and I immediately wanted to join the SIE section!
Just arrived on campus, I participated in the launch of the PotaGR project via the association TREE, the Round Table of Students in Environment. The objective of this project was to create vegetable gardens maintained by and for students, to enable them to reconnect with nature on campus.
Then last summer, Thomas Verduyn, a HEC student, contacted me for his startup project Légumes Perchés, an initiative aimed at bringing nature back into the city and making gardens on every roof. I really liked the concept right away! During the holidays, we worked a lot on the vision of this new project. We have set ourselves the goal of promoting urban agriculture and its new techniques: soil-free, permaculture, aquaponics, automation... while producing tasty and organic fruits and vegetables! Our project has been selected by the Unil-HEC Entrepreneurial Project Accelerator. We benefited from six months of coaching with Nadine Reichenthal and other mentors, which allowed me to learn a lot about the world of entrepreneurship.
In autumn, I applied for the first time for a competition: the LandoltChallenge2017, launched by Landolt&Cie Bank - first sponsor of the Swiss Solar Decathlon team. The aim was to propose a project on "How to invest in Switzerland for a sustainable future". We won the first prize and the huge opportunity to accompany the entire Solar Decathlon team to Denver and live the Swiss victory with them!
Légumes Perchés also won the Urban Creathon organised by the association Oïkos last November, by proposing an idea for an "edible campus", i.e. the possibility of being hosted for six months in the Impact Hub in Lausanne.
At the beginning of the year, we created the association Légumes Perchés and about fifteen students have joined us since January. In recent months, we have created a vegetable garden with the children of the Préverenges school to make them aware of local and tasty production, we tested the Farmbot robot in the greenhouses of the UNIL, and we participated in the creation of the first student vegetable garden of the EPFL in Bassenges with the association TREE and members of the Energy Centor of EPFL. Among our projects under development, there is also the installation of an aquaponic container on the UNIL campus thanks to funding from the U-Change competition, and research in the field of rooftop agriculture, well perched!
These various projects teach us a lot and allow us to create many contacts. I've learned to move from idea to reality and I'm proud to have an open-minded team with whom I can both study a robot and be passionate about a tomato!
And finally, recently, I was selected to participate at the end of August at BCV Silicon Valley Startup Camp with 10 other students to discover the American-style project launches.
Whew, a lot has happened in just a few months!

The experience, the project you are most proud of?
Probably the most recent project, our participation in the RTS program "Aujourd'hui" devoted to agriculture (broadcast July 7, 2018). I am very proud of it because we were able to present certain projects of Légumes Perchés to French-speaking Switzerland, notably the Préverenges gardens and the robot. We had the chance with Thomas to participate as "newbie", i.e. we went with Marc Muller and Jonas Schneiter to meet other project leaders in this field. The meetings and the shootings were very enriching. This allowed us to make important contacts for the future.

What do you remember about your participation in Act for Change?
We had a great team! We even came second in the Challenge! For me, however, it didn't change much my way of using or moving around because I was already doing most of the proposed actions. I also think that we should not limit ourselves to small actions. I prefer to commit myself to actions that have a greater impact, such as my bank's investments for example.
Concerning Act for Change, I regret that it happens a lot on the phone: the entry of shares, etc..

Your next challenge for a more sustainable lifestyle?
I would like to act on a large scale, like making a city entirely self-sufficient in food, and making people dream on a small space so that it multiplies on a large scale. I'd also like to deconstruct the negative connotation associated with ecology in people's heads, so that it's more fun and it's obvious to consume sustainably, rather than a chore!

Your greatest dream for a more sustainable campus?
I would like the campus to be completely transparent about its energy consumption and for there to be a tool that calculates the greenhouse gas emissions that each person produces in order to know which choice is best for consuming less.
I really like the objective that EPFL has set itself for a carbon-neutral campus by 2020. I can't wait to see the effects on our student lives because it's a great challenge!